Jouer

* Paroles comprenant les accords de guitare.

EN PARTANCE
Carapace *

Intro :

fa#m / sim / do#m

fa#m                                                                                     sim                  do#m

Il dit qu’il a fait le tour du monde, que c’est le voyage qui forge l’homme.

Et que la somme des paysages, vaut tous les baisers d’une blonde

Il dit qu’il a tiré son coup, avec celles qui l’ont supplié

Qu’il s’est tapé les plus belles, et puis les a jeté après coup

Refrain

re                 mi                                        fa#m           do#m

Quand j’l'entends parler comme ça, et le rabâcher à toute heure

J’écoute même plus le son de sa voix, j’me demande de quoi est fait son coeur

Un peu de sable qui vient de sa mer, et d’la pierre pour rester de marbre

Beaucoup de sang mais sans la vaine, et puis du vent pour finir seul

re               mi                     fa#m

Et rester fier de sa grande gueule

Il dit que les femmes sont toutes les mêmes, qu’en leur passant la bague au doigt

C’est leur loi qu’elles mettent en avant, le roi cède son trône à la reine

Il dit qu’on peut bien vivre sans elles, suffit de les prendre comme elles viennent

Et que les siennes sont bonnes à prendre, car il leur a coupé les ailes

Refrain

 

Il dit qu’elles ne manquent pas d’culot, de lui demander de l’affection

L’attention qu’il leur a porté, vaut bien tous les amours en gros

Il dit qu’elles ne manquent de rien, et qu’elles ont si peu à apporter

Qu’elles espéraient la vie a 2, mais que leur amour ne vaut le sien

Refrain

 

Quand j’l'entends parler comme ça, et le rabâcher à toute heure

J’écoute même plus le son de sa voix, j’me demande d’où proviennent ses peurs

Il connaitra jamais l’amour, pour toujours a jamais de glace

Pour toujours a jamais elles tracent, a moins qu’tu fracasses a coup de bonheur

Sa carapace autour du coeur.

fa#m / la / mi / si

T’es belle *

Capo 5

 

Lam /do / mim / lam x2

lam                                            do

T’es belle à crever, t’es belle à en souffrir

               mim                                        lam

Et t’es belle à croquer, t’es belle en souvenir

lam                                               do

T’es belle à dormir contre toi sur ton sein

               mim                                             lam

Et t’es belle, et mon rêve, moi j’en vois pas la fin

do/sol/lam

T’es belle quand tu penses à un moment extra

T’es belle quand j’y pense que ce fanfaron c’est moi

T’es belle mon amour et moi j’en pleure de joie

Et tu dis « sèche tes larmes, ce rôle n’est pas pour toi »

fa/do/mim/lam//fa/do/sol/mim/lam x2

T’es belle en hiver, encore plus belle l’été

Sois pas trop belle quand même, j’suis pas tout seul à regarder

Et tes mains, tes mains, tes mains sur les miennes

Se serrent, se serrent, et en avant tu m’entraînes

T’es belle surtout quand tu n’te maquilles pas

Quand tu bouquines un livre juste à coté de moi

Et puis quand tu t’énerves t’es de plus en plus belle

Alors souvent je t’embête pour que tu me remontes les bretelles

T’es belle quand t’appelles et que j’suis en voiture

T’es belle quand j’ai pas vu que t’avais changé d’coiffure

T’es belle de loin, et plus tu te rapproches

Que mon cœur vacille comme planté sur une broche

T’es belle, oh ma belle, et j’te garde pour moi

A partager la même couche en vivant sous le même toit

T’façon si j’te quitte moi j’serais bien emmerdé

Car depuis 3 mois c’est toi qui payes le loyer.

Métronome

Je fais poinçonner mon ticket

Sous les pavés le souterrain

Et suis la file disciplinée

Dans une étouffante heure de pointe

J’me fais bousculer, puis doubler

Par un homme au costume noir

Sûr de lui, le pas bien pressé

De sortir de ces longs couloirs

Je le retrouve là sur le quai

Ainsi qu’une foule de travailleurs

Fatigués de leur longue journée

Cédant leurs fringues à la sueur

Et moi je voudrai faire chanter

Les autochtones de ce métronome

Dans un bruit digne de supporters

Les portes s’ouvrent et on s’entasse

On se fait petits, on se serre

En espérant que d’autres se cassent

Empoignant la grande barre de fer

J’observe les tristes visages

Les malicieux et les sincères

Les stressés, endormis et sages

Et moi je voudrai faire danser

Les arômes de ce métronome

La voix de cet homme entêté

Qui veut faire entendre raison

A cet adolescent crevé

Qui somnole entre deux stations

Y’a la conversation intime

Et qui n’intéresse personne

Au lieu de la mettre en sourdine

Ca déballe tout par téléphone

Les commérages de retraitées

Qui parlent de leurs petits-enfants

Et de leur voisin de palier

Qui n’invite pas que des blancs

Et lui décoiffé, débraillé

Qui griffonne le joli visage

D’une demoiselle sur le quai

Eteinte comme un oiseau en cage

Y’a cette dame aux yeux d’enfant

Désolée de ne pouvoir donner

Assez d’amour à tous ces gens

Assez d’argent pour s’envoler (ou voyager…)

Et puis cette femme assez âgée

Que personne ne laisse s’asseoir

Et ce grand bonhomme adossé

Dont le stress fait jouer sa mâchoire

Et moi je voudrai rassembler

Les atomes de ce métronome

Des regards peureux, abaissés

Croisés par des sourires complices

Dans la ronde des usagers

Se dessine une France métisse

J’entends le son d’un musicien

Des tunnels de la fourmilière

Avant de replonger enfin

Dans la ruche du monde des affaires

Et lui il joue pour apporter

Un peu d’espoir au métronome.

Je m’en vais *

Intro

mim/si#/lam/si

mim                                     lam                  si                                    mim

Assis par terre entre deux chaises, je regarde passer le vent

Dans la poussière de nos foutaises, j’avance à reculons

Comment marcher droit en avant, quand tout le monde fait marche arrière

Quand tout le monde fait semblant, d’être heureux six pieds sous terre

si#                                            mim

J’aimerais changer mes habits, pouvoir crier que j’suis un homme

Courir pieds nus sur les parvis, des églises de bêtes de somme

Excusez moi d’vous déranger

si                 mim/si#/lam/si

Mais… Je m’en vais

La tête en l’air sur les épaules, j’égraine des rêves en grands

Une vie sans fausses idoles, sans règles et sans tourments

Comment peut on vivre librement, quand on s’enferme on fond d’soi-même

Quand on angoisse patiemment, en attendant que le jour vienne

Refrain

 

J’égraine du sable entre mes doigts, adossé au mur du temps

J’espère à ne savoir pourquoi, une vie en changement

Comment vivre au moment présent, quand tout le monde ne vit plus rien

Quand tout le monde perd son temps, en ne pensant qu’au lendemain

Refrain

 

La femme qu’il aime est sans bagage, et lui un mendiant sans chaussures

Mais à deux ils partent sans équipage, sans frontières à leur aventure.

ALLEZ !!!
Peut-être demain *

Intro :

fa/do/rem/do

fa/do/rem/solm/rem

rem                                           fa                                      do                                         rem

Il est né sans s’en être rendu compte, il était bien dans son cocon maternel

rem                                                                fa                               do                                        rem

Bien au chaud comme dans un joli conte, dans cette vie tout miel et sans abeilles

fa                                                                   do                               rem                        lam

Personne ne lui avait demandé ce qu’il voulait, il attendait le bon moment

Fa                                                                      do   sol                 lam                  rem

Mais là c’était trop tôt, il n’était pas prêt, à faire ce gros pas en avant

Il a grandi sans s’en être rendu compte, enfant, ado, adulte, marié on sait jamais

Il est descendu et il remonte, il a suivi le chemin qu’on lui a dicté

Sans jamais vraiment faire de choix de vie, sa vie avait un goût fade

Il s’en voulait mais il n’avait pas choisi, cette vie maussade

Il a vieilli sans s’en être rendu compte, il a trop attendu toute sa vie

Attendu qu’la vie lui fasse un acompte, attendu que le monde se donne à lui

Que les étoiles s’arrêtent en plein vol, et se figent pour lui

Que le monde entier écoute sa parole, comme si c’était le messie

Il est mort sans s’en être rendu compte, mourir sans avoir vécu, ça n’a pas de sens

Il n’a jamais voulu faire le décompte, de ses gouttes de vie s’échappant comme l’encens

Il a vu sa vie sans se lancer, sur le chemin, trop attendu, trop cru que tout viendrait

Peut-être demain.

Le trajet *

Capo 5

lam                   do                                      sol                                            fa            sol        lam

Je prends le train en marche ce matin, tu me demandes pourquoi j’ai bu autant

J’te caresse les lèvres d’un geste certain, et je me retourne face à mon papier blanc

J’ai oublié de prendre ma valise, et toi t’a pris bien trop de vêtements

Ni papiers, passeport, de carte grise, le paysage s’éloigne tout doucement

Parti d’un hasard peu commun, une joute verbale sans queue ni tête

Une pierre taillée à l’envers dans mon jardin, J’mélange mes couleurs au fond de ma palette

Refrain

lam / rem / do / sol

lam                             rem                                                        do

Et nos sillons s’entremêlent dans un paysage ignoré

                                      sol                                                                            lam

Escortés par des rêves qui nous entraînent vers d’autres quais

Et nous, nous rêverons bien plus tard et par hasard

La mémoire comme seule alliée dans la lutte des oubliés

Assis par terre entre les strapontins, chacun connaît son rôle au parvis des stations

On est tous harangués au bord du même train, mais personne ne prend la même direction

Parti un peu tard de mon patelin, une paire de sandales et une vieille casquette

Un manche en bois au creux de ma main, j’mélange les couleurs au fond de ma planète

Refrain

 

Mais ce soir au moins, mais ce soir au moins, j’aurai comme ami les étoiles

Mais pour toi c’est loin, mais pour toi c’est loin, tu vis en plein cœur de la rafale

Les yeux dans l’vague je discerne la mer, et dans tes yeux l’air vague d’un sentiment amer

Mon sourire en coin te remue bien, merci pour tout mais tu ne me dois rien

lam/do/lam/do/sol

Alors tu prends le train comme d’habitude, tu sais j’en ai marre de perdre mon temps

A chaque virage j’suis de plus en plus sûr, si tu changes d’avis, moi je t’attends.

T’es belle *

Capo 5

 

Lam /do / mim / lam x2

lam                                            do

T’es belle à crever, t’es belle à en souffrir

mim                                        lam

Et t’es belle à croquer, t’es belle en souvenir

lam                                               do

T’es belle à dormir contre toi sur ton sein

mim                                             lam

Et t’es belle, et mon rêve, moi j’en vois pas la fin

do/sol/lam

T’es belle quand tu penses à un moment extra

T’es belle quand j’y pense que ce fanfaron c’est moi

T’es belle mon amour et moi j’en pleure de joie

Et tu dis « sèche tes larmes, ce rôle n’est pas pour toi »

fa/do/mim/lam//fa/do/sol/mim/lam x2

T’es belle en hiver, encore plus belle l’été

Sois pas trop belle quand même, j’suis pas tout seul à regarder

Et tes mains, tes mains, tes mains sur les miennes

Se serrent, se serrent, et en avant tu m’entraînes

T’es belle surtout quand tu n’te maquilles pas

Quand tu bouquines un livre juste à coté de moi

Et puis quand tu t’énerves t’es de plus en plus belle

Alors souvent je t’embête pour que tu me remontes les bretelles

T’es belle quand t’appelles et que j’suis en voiture

T’es belle quand j’ai pas vu que t’avais changé d’coiffure

T’es belle de loin, et plus tu te rapproches

Que mon cœur vacille comme planté sur une broche

T’es belle, oh ma belle, et j’te garde pour moi

A partager la même couche en vivant sous le même toit

T’façon si j’te quitte moi j’serais bien emmerdé

Car depuis 3 mois c’est toi qui payes le loyer.

Sous la douche *

sol# / re# / la# / si#m

 

Penses-tu encore m’aimer après que la nuit sera passée

Après avoir grimpé les 120 marches de tes escaliers

Après qu’arrivé en haut, le T-shirt et le fut bien trempés

Je t’embrasse sur la bouche et tu me dis « file, va prendre une douche »

Penses-tu encore m’aimer après que les poules auront des dents

Après avoir chanté correctement la chanson des « 100 amants »

Qu’après me l’avoir demandé j’te lâche pas un bout de mon goûter

Et je le mange à pleine bouche pendant que tu t’consoles sous la douche

Penses-tu encore m’aimer après une nuit bien arrosée

Après qu’avec mes amis on aurait joué aux Irlandais

Boire des mètres de girafes et des centaines de carafes

Partir pioncer sans s’essuyer la bouche ni même passer par la douche

Penses-tu encore m’aimer après que les anges de la mort

Auront fait un petit détour quand j’me serai planté dans le décor

Après qu’installé là-haut j’observe les gens c’est bien marrant

Et je ne ferai pas la fine bouche en te regardant sous la douche

Penses-tu encore m’aimer après que le vert, l’air et la mer

Auront été victimes de cette armée de bétonnières

Et que si l’on veut survivre après que la terre sera poussière

C’est d’se faire du bouche à bouche et d’économiser l’eau de la douche.

Je suis d’ailleurs *

Intro : solm/re/dom/sib/re

solm

Je suis ni blanc ni noir, je suis la couleur de l’espoir

                         re

Disent les poètes à la merci, des cons qui ne voient qu’un gris

Je suis un manouche sédentaire, un tzigane qui sait se taire

Mais je suis blanc pour eux, gitan pour les blancs, et je suis les deux avec le temps

Refrain

                      dom                            sib

Je suis d’ailleurs, je ne suis pas de chemin

                      re                        solm

Je suis d’ailleurs, et je vais bon train

                      dom                           sib

Je suis d’ailleurs, et je ne suis pas de chemin

                       re

Je suis d’ailleurs

 

solm/re/dom/sib/re

Je rêve de grands espaces, j’ai besoin de plus de place

J’étouffe vite dans un bureau, et je veux suivre les ruisseaux

J’aime pas les faux semblants, les vrais faux snobs des réunions

Smoking oblige, j’suis pas d’la fête, et quand j’y suis, j’me prends la tête

Refrain

La couleur de mon grand-père

Lorenzo est médecin

Spécialiste des traumatismes

Ses origines d’Italien

N’lui ont pas causé d’racisme

Son nom, on s’en fout bien

Puisqu’il a la peau blanche

Et toutes les portes, toutes les mains

S’ouvrent à lui sans méfiance

Mon grand-père il est fier

De ses origines

Mais c’est Français qu’il se préfère

Et il s’imagine

Loin des barrières de son nom

Ou d’la couleur de sa peau

Qu’son vieux cœur prend le vent

De bien nombreux drapeaux

Il rêvait que ses enfants

Auraient une vie meilleure

Il avait raison pour le nom

Mais pas pour la couleur

Achraf est musicien

Joueur de jazz invétéré

Mais ses racines de Marocain

Ne l’aident pas à s’intégrer

A peine sorti de son concert

Il redevient l’Arabe, l’étranger

Habitué à mordre la poussière

De toutes façons il sera jamais Français…

Refrain

Cette chanson qui sonne

Veut nous rappeler nos origines

Car tous les Français en somme

Veulent connaître leurs racines

On n’existe pas sans présent

Sans futur, c’est peu rassurant

Mais sans passé, c’est vraiment dur

Sans identité on perd notre nature

Et si pour une couleur de peau

On en juge le prix du chapeau

Et si pour des cheveux frisés

Y en a qui s’échappent, effrayés

Alors laissez-moi vous dire

Que le blanc est signe de peur

S’il ne veut pas s’ouvrir

Aux Français de toutes les couleurs…

Refrain

Mais que vaut un baiser de nos jours *

Sim/fa#m

sim                                                                              fa#m

Avant c’était bien mieux qu’aujourd’hui, avant, on vous le dira, c’est bien vrai

Avant on prenait le temps pour le baiser, avant, on vous le dira, c’est bien vrai

Avant c’était bien mieux qu’aujourd’hui, avant, c’était tendre, elle contre lui

                 re                                             la               mim                         sim

Mais aujourd’hui on n’en a rien à faire, d’attendre pour s’aimer

                  re                                            la                mim                        fa#

On veut de l’immédiat pour se plaire, on n’veut plus jouer à la poupée

sol                    sim                                       sol                                        sim

Mais que vaut un baiser de nos jours ? Mais que vaut un baiser ?

sol                    sim                                        la                                          sim

Mais que vaut un baiser de nos jours ? Moins qu’avant, on dirait…

Today on s’en fout bien de s’aimer, today on s’en fout de se connaître

Today on voudrait rentrer par la fenêtre, today on s’en fout de se connaître

Today on s’en fout bien de s’aimer, today on ne veut plus que… baiser

Et aujourd’hui on n’en n’a rien à faire, d’attendre pour baiser

J’enlève mon pull, enlève ta polaire, j’ai trop envie de te caresser…

Mais que vaut un baiser de nos jours ? Mais que vaut un baiser ?

Mais que vaut un baiser de nos jours ? Plus grand chose il paraît…

Et tu couches pour un rien, tu noies tes remords

Ton pote te dis « vas-y fonce, t’es le plus fort ! »

Et t’aimes bien quand elle te mord, tu recouches pour un rien

Une nouvelle fille chaque jour, c’est bien

Mais aujourd’hui tu n’sais plus quoi faire, tu te sens un peu lésé

Tu n’sais plus trop si tu es le baiseur, ou bien le baisé

Mais que vaut un baiser de nos jours ? Mais que vaut un baiser ?

Mais que vaut un baiser de nos jours ? Peut-être plus qu’on n’croyait…

Et un jour elle t’embrasse, mais ce jour c’est plus pareil

Tu frissonnes de la tête aux orteils

Mais ce jour c’est plus pareil, ce jour, tu l’embrasses

Tu l’aimes, va falloir que tu t’y fasses

Et aujourd’hui tu t’retrouves par terre, tu es un peu sonné

Dans tes yeux brillent arc-en-ciel et mers, pour un simple baiser…

Mais que vaut un baiser de nos jours ? Mais que vaut un baiser ?

Mais que vaut un baiser de nos jours ? Parfois le monde entier

Mais que vaut un baiser de nos jours ? Mais que vaut un baiser ?

Mais que vaut un baiser de nos jours ? Tous les trésors, mon aimée…

Putain d’vie *

Intro : dom/solm/re#/la#/dom

dom                                                     solm         re#                 la#               dom

Jean-Marc est riche dans l’tout Paris, 43 ans, pas d’gosses, merci

Il vient d’racheter trois entreprises, et change de bagnoles comme de chemises

Bernard joue le tiercé à midi, deuxième paquet de clopes fini

Cinquième verre, faut s’dépêcher, d’pas louper la Star Ac’ à la télé

Refrain

sol#                                  sol          dom

Au secours j’veux changer d’vie,

Pas d’amour pas de rêve ici

Pierre est masseur la journée, mais change de prénom la nuit tombée

Suzy, Carla, c’est comme ils aiment, tant qu’ils la prennent dans leur BM

Jenny a deux gosses mais pas d’mari, pères différents elle n’sait plus qui

Elle fait le tapin dans les ruelles, et cherche sa bouffe dans les poubelles

Refrain

 

Au dessus d’tout ça, y a ceux qui dirigent, du tiercé aux putes ils ont main mise.

Au dessus d’tout ça, ceux qui encaissent, se frottent les mains : « faut pas qu’ça baisse ! »

Touchons les écoles pour fabriquer, des futurs consommateurs attitrés

« L’argent ne fait pas l’horreur », disent ces salauds quand ils ont peur

De n’plus trouver chemise à leur taille, plus d’Pierre, plus d’Jenny, plus d’cobaye

Refrain

 

sib/re#/sib/dom

sol#/sol/dom

Mon quartier

Elle est triste la vie d’mon quartier

Ces gens qui s’croisent sans connaître leurs noms

Qui s’voient tous les jours sans prendre le temps

De s’dire bonjour ou de s’arrêter

Ils pensent bien trop souvent à leur fric

Peugeot, boulot, dodo, c’est bien mieux

Que de vivre sa vie en soufflant un peu

Le temps c’est de l’argent, j’t’explique

On vote pas trop social dans c’quartier

Ici c’est plutôt l’extrême D qui règne en maître

Pas d’entraide aux pauvres, qu’ils aillent paître

Et la jeunesse, n’ont qu’à s’débrouiller !

Parfois ils sourient sans le faire exprès

Mais vite ils remettent leur masque

Maquillant de laideur leur visage tout flasque

Et ils repartent en fuyant comme des ombres pressées

Dans ce quartier bien trop propre

Se croisent les bourgeois du passé

Bien heureux de voir continuer

Leur mentalité de malpropre

« L’enfer, c’est soi-même coupé des autres »

Disait un abbé un peu vieux

Bessai que le diable et ses hôtes

Sont pas très loin d’ce lieu

Messieurs, dames, les amoureux

S’cusez-moi d’vous déranger

Mais vous êtes pas plus que vous deux

A pouvoir m’aider

A m’expliquer comment vous faites

A vous aimer à la folie

Malgré les idées toutes faites

De ce quartier pourri

Peut-être que vous pouvez changer

La vie d’ces pauvres gens

En montrant que vous vous aimez

Et qu’ils peuvent en faire autant…

Elle est triste la vie d’mon quartier

Ces gens qui s’croisent sans connaître leurs noms

Qui s’voient tous les jours sans prendre le temps

De s’dire bonjour ou de s’arrêter

Ils pensent bien trop souvent à leur fric

Peugeot, boulot, dodo, c’est bien mieux

Que de vivre sa vie en soufflant un peu

Le temps c’est de l’argent, j’t’explique

Elle est triste la vie d’mon quartier

Ces gens qui s’croisent sans connaître leurs noms

Qui s’voient tous les jours sans prendre le temps

De s’dire bonjour ou de s’arrêter

Escapade

Adossé face au temps, les détails dans les dents

A mordre la poussière, une fois de temps en temps

Ferme les yeux en hiver, ouvre-les au printemps

Et remets dans tes poches tes clopes et ton argent

Prends ton sac de cailloux et monte sur ton nuage

Je t’accompagnerai si je suis pas trop saoul

M’attends pas trop longtemps, je pars faire le grand tour

Rencontrer tous ces gens et me sentir moins lourd

C’est mieux pour toi, trace ta route sans moi

Un sentier maladroit et on se retrouvera

Je dis rien maintenant mais je souris déjà

Et ces gens dans le fond rient aussi aux éclats

Une tournée dans un bar m’emmène dans un vieux trou

Où les fous sont chez eux, vivant pauvres et heureux

C’est bien pour moi, je te manque déjà

J’ai été maladroit, mais on se recroisera

Je sais que seul, je n’irai pas mieux

Je sais que seul, je n’deviendrai pas vieux

Je sais que je prendrai tout mon temps

Je sais que seul, là bas tu m’attends

Je repars sur la route, encore le pouce au vent

Ma guitare dans un sac et là quelqu’un me prend

Il raconte une histoire, parlant de ses parents

Moi je finis ma nuit et m’endors doucement

Dans mon rêve j’ai des ailes et je vais bien plus vite

J’ai gagné 200 ans et au moins 3000 cuites

Des réveils difficiles dans un coin de campagne

Et des nuits bien au frais à l’air de la montagne

C’est bien pour toi, tu me manques et j’ai froid

Des gestes maladroits, mais on se reverra

J’en ai croisé des têtes, j’en ai croisé des culs

Mes baskets font la tête et mon chien n’en peut plus

J’ai voulu faire le fier, mais ici c’est la fin

J’m’aperçois que sans toi mon bonheur n’est pas plein

C’est bien pour ça que je reviens vers toi

Si tu veux bien de moi, et bien on se reparlera

Je sais que seul, je n’allais pas mieux

Je sais que seul, je n’deviendrais pas vieux

Je sais que j’ai pris tout mon temps

Je sais que seul, là bas tu m’attends.